Plan d’action national de la promotion de l’agriculture biologique: bilans 2016/2017 et perspective 2018

Le 8 mai 2018, le ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et de la Protection des consommateurs, Fernand Etgen, a dressé un bilan de la mise en œuvre du plan d’action national en faveur de la promotion de l’agriculture biologique. Ce plan d’action vise à soutenir de manière active, via des actions et des mesures concrètes, le développement et la promotion de l’agriculture biologique nationale. De même, ce plan a pour objectif d’équilibrer davantage l’offre et la demande de produits biologiques.

  1. MAVPC

    Monique Decker, ASTA, Fernand Etgen, ministre de l'Agriculture, de la Viticulture et de la Protection des consommateurs et André Loos, MAVPC, lors de la conférence de presse
  2. MAVPC

    Fernand Etgen, ministre de l'Agriculture, de la Viticulture et de la Protection des consommateurs, lors de la conférence de presse

État des lieux de l’agriculture biologique nationale (situation de 2017, chiffres provisoires)

Actuellement, le Luxembourg dénombre 132 exploitations agricoles biologiques, qui se répartissent en 75 agriculteurs, 12 maraîchers, 15 viticulteurs, 12 fruiticulteurs, 14 apiculteurs et 4 élevages de petite envergure. De ces 132 exploitations sous contrôle, seules 100 peuvent être retenues au niveau des statistiques officielles selon les critères de l’enquête de la structure des fermes; elles exercent leurs activités sur une superficie de 5.446 hectares.

En plus des producteurs, 127 opérateurs étaient enregistrés auprès de l’Administration des services techniques de l’agriculture, avec une activité principale dans le domaine de la transformation, de la distribution ou de la commercialisation. Trois opérateurs sont actifs dans le domaine de l’importation de produits biologiques de pays tiers.

Rétrospective 2016 & 2017

Fernand Etgen a rappelé que le gouvernement a mené depuis 2009 une panoplie d’actions et d’études pour promouvoir le mode de production agricole biologique.

Un certain nombre d’actions a été repris des années précédentes, à savoir le réseau des fermes de démonstration, l’organisation de réunions d’information sur la conversion vers l’agriculture biologique et la remise du Bio-Agrar-Präis.

Le guide d’achat de produits biologiques ainsi que le mémento sur la conversion vers l’agriculture biologique sont régulièrement mis à jour.

Ces deux années ont été aussi très marquées par les préparatifs en vue de la commercialisation de la viande de jeune bovin sous la marque "Cactus Bio Green Beef" en début de 2018

Par la suite, Daniela Noesen, directrice de "Bio-Lëtzebuerg" a présenté leurs activités dans le cadre du plan d’action pour l’agriculture biologique en 2016 et 2017. Bio-Lëtzebuerg a présenté le secteur de l’agriculture biologique au Haff-Fest du Kass-Haff en 2016 et au Biodiversum dans le cadre du Birdwatchday à Remerschen en 2017. En outre, l’association a coordonné le projet "Foire agricole" afin de donner une plateforme aux opérateurs du secteur de l’agriculture biologique de présenter leur offre de produits très diversifiée.

Ces présences auprès du public étaient complétées par la participation du ministère à la dernière édition de l’Oekofoire en septembre 2016.

Stéphanie Zimmer, directrice de l’Institut fir biologësch Landwirtschaft an Agrarkultur Lëtzebuerg (IBLA) a ensuite donné un aperçu des projets soutenus par le plan d’action pour l’agriculture biologique.

Le SMART (Sustainability Monitoring and Assessment RouTine)-Farm Tool, un outil d’analyse du niveau de développement durable des exploitations agricoles et des entreprises de la branche alimentaire, permettra d’examiner et de comparer la situation de douze exploitations biologiques et conventionnelles au Luxembourg en 2017.

En outre, l’objectif du réseau de fermes biologiques de démonstration, comptant désormais 9 exploitations, est de rapprocher les consommateurs et les groupes d’élèves de l’agriculture biologique et de promouvoir les échanges professionnels entre les agriculteurs, les conseillers et les autres experts. En coopération avec d’autres institutions européennes, l’IBLA a contribué à la rédaction de brochures spécialisées sur l’agriculture biologique. Les champs d’essais sur la pomme de terre ont débuté en 2016, tandis que des excursions thématiques ont été organisées en 2016 et 2017.

Perspective 2018

Parmi les actions continuant en 2018, il faut citer le Bio-Agrar-Präis qui vise à récompenser les mérites en agriculture biologique. Cette année, le jury est à la recherche de projets intéressants dans le cadre de l’utilisation de produits biologiques dans la restauration collective. Le public aura aussi l’occasion de voter pour son favori parmi les candidats lors de la Foire agricole à Ettelbruck.

Certains projets, comme les essais de variétés de pomme de terre, la préparation de fiches techniques et le soutien du réseau des fermes de démonstration continueront également en 2018. Un évènement-phare de cette année sera la forte représentation du secteur de l’agriculture biologique à la Foire agricole, à l’occasion du 30e anniversaire de Bio-Lëtzebuerg. Parmi les projets de recherche prévus, c’est surtout le champ d’essai sur les variétés de soja qui est particulièrement intéressant, vu la nécessité de développer davantage la culture de cette légumineuse dans nos régions en vue d’assurer une meilleure autosuffisance des fermes en aliments pour leur bétail.

Pour la suite, le plan d’action mettra son accent sur les volets qui vont être identifiés comme nécessitant une attention ou un soutien particuliers lors d’une étude comparative que le Service d’économie rurale est en train de dresser entre les exploitations conventionnelles et biologiques du pays.

Projets financés par le ministère de l’Agriculture

Le ministère de l’Agriculture, de la Viticulture et de la Protection des consommateurs cofinance indépendamment du plan d’action le projet "Legutec" qui vise à développer des méthodes mécaniques pour la régularisation des adventices dans les cultures de légumineuses.

Par ailleurs, le ministère a repris le cofinancement des champs d’essais des variétés de blés d’hiver et de légumineuses à graines depuis 2016.

À partir de cette année, le financement partiel des redevances de contrôle des producteurs sera repris. Il est prévu que les frais de contrôle incombant aux petites exploitations comme par exemple les apiculteurs, qui ne sont pas bénéficiaires de primes à l’hectare, puissent si possible être entièrement pris en charge afin de les maintenir dans la production biologique.

En outre, une multitude de modules de conseil, financés jusqu’à hauteur de 100% sont à disposition des agriculteurs biologiques aussi bien que de ceux qui veulent le devenir ou bien de ceux qui veulent s’adonner petit à petit aux techniques utilisées en mode de culture biologique.

Communiqué par le ministère de l’Agriculture, de la Viticulture et de la Protection des consommateur

Dernière mise à jour