Institut Viti-Vinicole (IVV)

L'Institut

L’Institut viti‑vinicole a été créé en 1925, en réponse à la propagation de maladies fongiques et d’organismes nuisibles, en particulier le phylloxéra, qui sévissaient dans les exploitations viticoles locales. À l’époque, l’Institut était chargé d’appliquer des mesures concrètes dans tous les domaines de l’industrie vinicole afin d’aider les vignerons à surmonter les défis auxquels ils étaient constamment confrontés et de leur fournir des conseils et une assistance pratique.

L’IVV apportait ainsi une aide et un accompagnement permanents aux viticulteurs locaux : il mettait à leur disposition des solutions pratiques et innovantes pour relever les nombreux défis auxquels ils étaient confrontés.

Aujourd’hui un organisme administratif moderne, l’Institut demeure encore un important centre d’expérimentation dans de nombreux domaines de la production et la gestion vinicole. Avec ses 6 hectares de vignobles, il constitue un point de jonction entre théorie, pratique, recherche, développement, orientation et formation continue. Des méthodes de pointe y sont expérimentées et développées jusqu’à pouvoir être mises en œuvre.

Actuellement, l’IVV se spécialise surtout dans la recherche appliquée et les essais pratiques en ce qui concerne la protection des végétaux, les cépages résistant aux maladies fongiques, le développement de techniques de production écologiques, la nutrition des vignes, la viniculture, le traitement du vin et l’œnologie, ainsi que la formation continue.

En outre, dans le cadre de la certification "AOP – Moselle luxembourgeoise", l’Institut joue un rôle décisif dans le contrôle officiel des mousseux et des vins de qualité. À cet égard, sa tâche principale consiste à contrôler et à surveiller l’ensemble des critères de qualité.

L’IVV s’est également érigé en interlocuteur privilégié pour tout ce qui a trait à la formation initiale, mais aussi, et surtout, à la formation continue des vignerons. Des conférences, des séminaires et des cours de formation continue relatifs aux questions et thématiques clés du secteur leur sont ainsi proposés afin de les tenir informés des dernières avancées en matière de production et gestion vinicole. De cette manière, l’Institut satisfait à l’objectif d’une viticulture durable et permet à la filière locale d’améliorer sa compétitivité sur le marché.

Dans le cadre de la politique agricole, l’IVV assure la gestion de parcelles de vignes, de divers instruments d’aide publique et de programmes de soutien de l’Union européenne destinés au secteur viti‑vinicole.

Conformément à la politique en matière de viniculture, l’organisme public joue un rôle de trait d’union entre les vignerons professionnels, le ministère de la Viticulture et la Commission européenne. Sa tâche consiste à appliquer les dispositions légales nationales et les règlements européens, mais aussi à contrôler et à surveiller leur mise en pratique au sein des exploitations viticoles.

Historique

En 1884, le Luxembourg intégra l’Union douanière allemande. À l’époque, l’Allemagne connaissait les débuts de son industrialisation, et sa richesse émergente se manifesta notamment par une consommation accrue de vins mousseux. Pour répondre à cette demande, les commerçants allemands achetèrent près de la totalité de la production de vin luxembourgeoise. Au début du XXe siècle, l’industrie du vin grand-ducale connut son heure de gloire, tandis que les prix du vin atteignirent des sommets.

Après la Première Guerre mondiale, l’Union douanière fut dissoute, ce qui provoqua la perte de près de la totalité du marché allemand pour les vins luxembourgeois. Ce véritable désastre économique s’accompagna d’une infestation par le phylloxéra ; l’organisme nuisible s’attaquait aux racines des vignes, si bien qu’il fut nécessaire de replanter tous les vignobles avec des plants de vignes greffés sur des porte‑greffes résistants au parasite. La filière viti‑vinicole, qui ne fournissait jusqu’alors que des produits bruts, dut être entièrement repensée. Il s’agissait d’une condition nécessaire à sa survie.

Cependant, compte tenu de la rapidité des avancées, d’autres changements furent nécessaires, et au fil du temps, de nouvelles tâches firent leur apparition. Les lois de 1945, de 1963, de 1976 et de 2003 élargirent les compétences de l’Institut. En 1962, il inaugura son nouveau bâtiment.

L’Institut fut en outre investi de nouvelles missions concernant les relations avec les institutions européennes, le casier viticole, le contrôle et l’analyse des vins, la Marque nationale des vins luxembourgeois (Office national des appellations d’origine protégées – Moselle luxembourgeoise) et la gestion des subsides.

Organigramme

En plus d’être un centre administratif moderne, l’Institut s’est également établi comme un important centre d’expérimentation dans de nombreux domaines de la production et gestion vinicole. Il se dote de 4 départements, qui couvrent les thématiques suivantes:

Viticulture et aide aux vignerons

Le département "Viticulture" est actif dans les domaines suivants : activités d’expérimentation axées sur la pratique, essais variétaux, contrôle des pépinières viticoles, surveillance des replantations et des nouvelles plantations de parcelles dans le périmètre viticole, délimitation de la région viticole et des parcelles, mise en œuvre de la législation européenne relative à la viticulture, essais et orientation en matière de viticulture biologique, conseils aux vignerons, organisation de séances d’information et de formation continue, gestion de diverses aides, casier viticole, site Web de l’IVV et statistiques relatives à la filière viti‑vinicole (millésimes).

Le laboratoire du vin

Le laboratoire du vin effectue les analyses officielles de l’ensemble des moûts, des vins, des mousseux et des crémants luxembourgeois. En outre, il propose des services de conseil en matière de vinification. À cet effet, un examen analytique des vins nouveaux encore en fermentation et des autres vins est indispensable.

Contrôle du vin et AOP

Le département "Contrôle des vins" veille à ce que les critères rigoureux du cahier des charges de l’AOP – Moselle Luxembourgeoise soient respectés. Tous les vins, et pas seulement les crus de qualité, font l’objet d’un contrôle par échantillonnage. Ces analyses peuvent se traduire par des expertises sensorielles, le contrôle des registres viti-vinicoles, l’utilisation d’agents de traitement du vin, le prélèvement d’échantillons à des fins d’analyses et d’expertises sensorielles, ainsi que le contrôle des appellations.

Le domaine viticole de l’État

Le domaine viticole de l’État luxembourgeois s’étend sur environ 5 hectares de vignobles, situés à Remich, Stadtbredimus, Ehnen et Dreiborn. 

Démarches administratives

Cette rubrique vous redirige vers des démarches de l’Institut décrites à l’adresse guichet.lu. Chaque démarche vous donne accès aux formulaires dédiés, ainsi qu’aux coordonnées des organismes de contact. S’il existe une publication en lien avec la démarche, elle est mentionnée dans les liens associés à cette démarche.

 

 

Dernière mise à jour